Thierry Marx réinvente l'art des friandises « street food » à Disneyland Paris

Publié le par dlrp2719

Thierry Marx réinvente l'art des friandises « street food » à Disneyland Paris

Le célèbre Chef a imaginé une nouvelle façon de savourer le pop corn, la pomme d'amour et le cookie pour un Noël gourmand et innovant à Disneyland Paris



Après le succès de la Pâtisserie Ephémère en l'honneur des bûches « haute couture » de Chantal Thomass, ORA ITO et Vanessa Bruno réalisées par Sébastien Gaudard, Disneyland Paris régale à nouveau les papilles avec une toute nouvelle expérience préparée par Thierry Marx, Chef emblématique de la cuisine moléculaire.


A l'occasion des fêtes de Noël, Thierry Marx présente trois créations inédites dans l'art de la gourmandise et de l'innovation. Le pop corn, la pomme d'amour et le cookie : trois plaisirs sucrés transformés grâce à une nouvelle interprétation qui promet de réveiller tous nos sens. A savourer uniquement dans les allées de Disneyland Paris.


Les "recettes magiques" d'un Noël tendance et gourmand dans les Parcs Disney :

  • La pomme d'amour : « Souvent trop dure, j'ai voulu redonner à la pomme d'amour une certaine douceur en créant une pulpe de pomme verte, enrobée d'un sucre léger beaucoup plus diététique ».
  • Le pop corn : « Avec cette nouvelle interprétation, le pop corn est caramélisé en différentes cuissons avant d'être floqué d'une savoureuse couche de chocolat ».
  • Le cookie : « Ce dessert très enfantin préparé par les mamans, j'ai souhaité le transformer d'un biscuit dur en un biscuit moelleux grâce à de la crème de cookie ».


Ces trois créations gourmandes seront vendues dans les Villages de Noël de Disneyland Paris au prix de 7€ du 8 novembre 2009 au 5 janvier 2010.

 

Thierry Marx reinvents outdoor vending sweet treats Thierry Marx reinvents outdoor vending sweet treats Thierry Marx reinvents outdoor vending sweet treats

 

Texte et photos: Disney (c) et dlrp today

 


Publié dans Disneyland Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article